vendredi 25 novembre 2011

Silvio Berlusconi renversé par Giuseppe Verdi

Le 12 mars dernier, Silvio Berlusconi a dû faire face à la réalité.
 L’Italie fêtait le 150ème anniversaire de sa création et à cette occasion fut donnée, à l’opéra de Rome, une représentation de l’opéra le plus symbolique de cette unification : Nabucco de Giuseppe Verdi, dirigé par Riccardo Muti.
Nabucco de Verdi est une œuvre autant musicale que politique : elle évoque l'épisode de l'esclavage des juifs à Babylone, et le fameux chant « Va pensiero » est celui du Chœur des esclaves opprimés. En Italie, ce chant est le symbole de la quête de liberté du peuple, qui dans les années 1840 - époque où l'opéra fut écrit - était opprimé par l'empire des Habsbourg, et qui se battit jusqu'à la création de l’Italie unifiée.
Avant la représentation, Gianni Alemanno, le maire de Rome, est monté sur scène pour prononcer un discours dénonçant les coupes dans le budget de la culture du gouvernement. Et ce, alors qu’Alemanno est un membre du parti au pouvoir et un ancien ministre de Berlusconi.
Cette intervention politique, dans un moment culturel des plus symboliques pour l’Italie, allait produire un effet inattendu, d’autant plus que Sylvio Berlusconi en personne assistait à la représentation…
Repris par le Times, Riccardo Muti, le chef d'orchestre, raconte ce qui fut une véritable soirée de révolution : « Au tout début, il y a eu une grande ovation dans le public. Puis nous avons commencé l’opéra. Il se déroula très bien, mais lorsque nous en sommes arrivés au fameux chant Va Pensiero, j’ai immédiatement senti que l’atmosphère devenait tendue dans le public. Il y a des choses que vous ne pouvez pas décrire, mais que vous sentez. Auparavant, c’est le silence du public qui régnait. Mais au moment où les gens ont réalisé que le Va Pensiero allait démarrer, le silence s’est rempli d’une véritable ferveur. On pouvait sentir la réaction viscérale du public à la lamentation des esclaves qui chantent : « Oh ma patrie, si belle et perdue ! ».
Alors que le Chœur arrivait à sa fin, dans le public certains s’écriaient déjà : « Bis ! » Le public commençait à crier « Vive l’Italie ! » et « Vive Verdi ! » Des gens du poulailler (places tout en haut de l’opéra) commencèrent à jeter des papiers remplis de messages patriotiques – certains demandant « Muti, sénateur à vie ».
Bien qu’il l’eut déjà fait une seule fois à La Scala de Milan en 1986, Muti hésita à accorder le « bis » pour le Va pensiero. Pour lui, un opéra doit aller du début à la fin. « Je ne voulais pas faire simplement jouer un bis. Il fallait qu’il y ait une intention particulière. », raconte-t-il.
Mais le public avait déjà réveillé son sentiment patriotique. Dans un geste théâtral, le chef d’orchestre s’est alors retourné sur son podium, faisant face à la fois au public et à M. Berlusconi, et voilà ce qui s'est produit :
[Après que les appels pour un "bis" du "Va Pensiero" se soient tus, on entend dans le public : "Longue vie à l'Italie !"]
Le chef d'orchestre Riccardo Muti : Oui, je suis d'accord avec ça, "Longue vie à l'Italie" mais...
Muti : Je n'ai plus 30 ans et j'ai vécu ma vie, mais en tant qu'Italien qui a beaucoup parcouru le monde, j'ai honte de ce qui se passe dans mon pays. Donc j'acquiesce à votre demande de bis pour le "Va Pensiero" à nouveau. Ce n'est pas seulement pour la joie patriotique que je ressens, mais parce que ce soir, alors que je dirigeais le Choeur qui chantait "O mon pays, beau et perdu", j'ai pensé que si nous continuons ainsi, nous allons tuer la culture sur laquelle l'histoire de l'Italie est bâtie. Auquel cas, nous, notre patrie, serait vraiment "belle et perdue".
Muti : Depuis que règne par ici un "climat italien", moi, Muti, je me suis tu depuis de trop longues années. Je voudrais maintenant... nous devrions donner du sens à ce chant ; comme nous sommes dans notre Maison, le théatre de la capitale, et avec un Choeur qui a chanté magnifiquement, et qui est accompagné magnifiquement, si vous le voulez bien, je vous propose de vous joindre à nous pour chanter tous ensemble. C’est alors qu’il invita le public à chanter avec le Chœur des esclaves. « J’ai vu des groupes de gens se lever. Tout l’opéra de Rome s’est levé. Et le Chœur s’est lui aussi levé. Ce fut un moment magique dans l’opéra. » « Ce soir-là fut non seulement une représentation du Nabucco, mais également une déclaration du théâtre de la capitale à l’attention des politiciens. »

Voici une vidéo de ce moment plein d'émotion :

le flop du film "L'Ordre et la Morale" de Mathieu Kassovitz

Depuis que les deux olibrius, Jean Marie BIGARD et Mathieu KASSOVITZ, sont venus affirmer sur le petit écran que l'attentat du 11 septembre sur le World Trade Center, n'était qu'un montage de propagande américaine, je les ai pris en horreur. Ne trouvant aucune raison objective de lutter contre cette aversion, je la cultive.
C'est ainsi que je suis ravi de constater que le dernier film de Kassovitz a fait un flop monumental dans les salles de la capitale. Le crash des avions sur les deux tours n'est rien à côté du crash de ce navet. La grande différence est que le nombre de morts sera bien inférieur.
L'affiche du film était, elle même, prémonitoire et pourrait être réutilisée pour un prochain nanar
intitulé:

 

jeudi 24 novembre 2011

La gloire de Niquée.

Certaines expressions anciennes sont difficiles à apprivoiser et requièrent des recherches approfondies sur la toile.
Je tombe, dans le "LOUIS XIV" édité récemment pour la collection de Max GALLO, sur l'expression suivante:
"On vit après sortir de son cloître de Fontevrault la reine des abbesses qui, chargée de son voile et de ses vœux, avec plus d'esprit et de beauté encore que Mme de Montespan sa sœur, vint jouir de la gloire de cette Niquée ..."
Bien que Mme de Montespan ait été souvent niquée par le roi, je me suis dit que, dans les mémoires de Saint Simon, dont cette phrase est extraite, cela devait avoir une signification moins triviale.
En effet, et je vous livre ici le fruit de mes recherches:
Niquée est une héroïne d'un roman de Garci Rodriguez de Montalvo, publié en 1508 et dont le titre est Amadis de gaule.
"La fée Zirphée, tante de Niquée, pour la soustraire à l'amour incestueux d'Anastarax, la plaça sur un trône étincelant, dans ses plus beaux habits et, Anastarax se jetant à genoux sur une des marches du trône, elle les enchanta eux et leur cortège dans cette position, jusqu'à ce qu'une dame de grande beauté vint détourner Anastarax et qu'un illustre chevalier vint rompre le charme."
Traduction: Pour que Niquée ne le soit plus par Anastarax, une fée les ensorcèle jusqu'à ce qu'une belle femme détourne l'attention du petit salopard de frère.
C'est beau comme "La belle au bois dormant".
L'expression fut en vogue aux XVIIe et XVIIIe siècles, selon  Littré. La gloire de Niquée était alors une situation enviable, bienheureuse, extatique, tout-à-fait indiquée pour illustrer la situation de la maîtresse du roi soleil et de ses sœurs.
Ouf, l'honneur est sauf. 
Il est évident que les rappeurs de NTM (Nique Ta Mère) connaissaient cette signification et voulaient ainsi glorifier leurs mères respectives. 

Adieu, Zirphée, recevez l'éternel adieu du fidèle et tendre Phanor. "La belle et la bête" par la comtesse Stéphanie Félicité Genlis. (Illustration ci-dessus!)

mercredi 23 novembre 2011

Europe écologie les verts "caca d'oie".

Finalement, François Hollande a le choix entre deux dictats:
Celui d'AREVA ou celui des minoritaires du parti écologiste qui veulent lui imposer, et donc imposer aux socialistes, leurs conceptions sur le nucléaire.
Comme les verts ne sont pas convaincus, à 100%, qu'il faut mettre toutes nos centrales nucléaires à la déchetterie et installer des éoliennes sur toutes nos collines, cela donne une belle cacophonie, pour ne pas dire une incroyable CACAPHONIE.
Il faudrait que François II nous montre une bonne fois qu'il a du caractère et envoie promener Europe Ecologie Caca d'Oie, reprenne ses circonscription, généreusement allouées à ce parti minoritaire et aille au combat avec ses seules troupes.
Vous le constatez, encore une fois, les verts m'agacent. Ce parti politique, noyauté par l'extrême gauche,a le don de polluer mon écologie et  ma sensibilité de gauche. C'est plein de tâches maintenant!
Et quand je les vois saboter les rails qui conduisent un train de déchets nucléaires vers l'Allemagne, je ne comprends pas. En effet, si ce train est dangereux, n'est-il pas encore plus dangereux de l'empêcher d'avancer? C'est comme si des opposants aux traversées transatlantiques avaient remorqué des icebergs sur la route du Titanic pour faire connaitre cette opposition! Ridicule et suicidaire!

vendredi 18 novembre 2011

On ne nous dit pas tout sur la dette. La création monétaire par le crédit.

Plusieurs lecteurs de ce blog m'ont fait parvenir l'adresse de la vidéo suivante. Si vous avez un moment, prenez le temps de visionner cette explication simple du marasme actuel des pays de la zone Euro.

jeudi 17 novembre 2011

Europe écologie et le nucléaire. Mlle Roselyne Bachelot.


Le Titanic est en train de sombrer, à quelques encablures de l'iceberg fatidique. Le capitaine et ses officiers cherchent un moyen de sauver le maximum de passagers. On compte les gilets et les canots de sauvetage. On fait une sorte de tri entre ceux qui seront sauvés et ceux qui seront laissés sur le pont. (Ce fut, malheureusement, la réalité!).
A ce moment, un des officiers lève la main et dit:
"La qualité du charbon que nous employons n'est pas extraordinaire et, il faudrait que nous abordions ce sujet afin de ne pas faire la même erreur lors de notre prochain ravitaillement!". 
Le capitaine et les autres officiers se regardent, consternés, et plusieurs d'entre eux s'étant jetés sur le fou, lui passent une camisole de force avant d'aller l'enfermer à fond de cale.

La France est en train de sombrer, grevée de dettes. Son commerce extérieur et son industrie sont moribondes. La classe politique est en pleine effervescence dans le cadre du changement programmé de ses dirigeants.
Un écologiste lève la main et dit:
"Et si on abandonnait le nucléaire........!

 Vous dites?
Heureusement, certains ministres du gouvernement actuel s'attaquent à la crise avec détermination et on ne peut douter de l'efficacité de leur action. Je donnerai comme exemple  la campagne lancée par Roselyne et qui a pour objectif la suppression du terme "Mlle" de tous les documents administratifs.
Les centaines de milliers de documents administratifs à mettre à la poubelle, à cette occasion, coûteront sans doute moins que les vaccins contre la grippe H1N1 mais.....
Mlle Bachelot, est-ce bien le moment?

lundi 14 novembre 2011

Je n'aime pas les écologistes


Ce titre est provocateur, certes! Mais, il reflète la réalité de mes sentiments  face à la mouvance des écolos politiques. Si j'affirmais que je n'aime pas l'écologie, ce serait idiot. Personne ne déteste l'écologie!
Mais, tout se passe comme si, pour observer une brume légère flottant un matin de printemps sur un étang baigné par le lever du soleil je devais dire, à une bande de braillards rassemblés sur sa rive: "Poussez-vous, je ne vois plus l'étang!".
Les écologistes polluent mon atmosphère!
Ils polluent ma bonne volonté de citoyen moyen, un citoyen basique qui trie ses déchets, économise son électricité, composte ses épluchures, ne jette rien par la fenêtre de sa voiture et s'intéresse au sort des baleines. Ils polluent ma conscience politique avec leurs certitudes et leurs ultimatums. 
Ils polluent mon angoisse métaphysique face aux problèmes économiques.
Ils polluent mon entendement.
Ils polluent les médias.
Ils essaient de surfer sur mon amour de l'écologie et rayent la surface de ma conscience. 
Les écologistes me cassent les pieds.
Ils se sont approprié le sujet, occupent le terrain, en font un parti, un parti pris, un parti contraint, borné, clos de certitudes.
C'est idiot. L'écologie est aussi indispensable que la philosophie, l'histoire et les mathématiques mais, il n'y a pas de parti philosophique, historique, mathématique. 
Ces écologistes là sont regroupés autour du fromage du pouvoir, au milieu de la meute des autres politiciens. Ils veulent leur part du gâteau! Ils négocient les postes, les prébendes, les responsabilités.
Ils menacent, vitupèrent, conspuent, se mêlent de tout et de rien, mouchent le coche et cochent les mouches.
Les écologistes finiraient bien par me faire détester l'écologie!

Les dessins ci-dessus proviennent de l'excellent blog de Philippe Tastet que je ne saurais trop vous conseiller de visiter! (Cliquez sur son nom)

 Caricature tirée de
bakchich 

dimanche 13 novembre 2011

samedi 12 novembre 2011

Comment bien se laver les oreilles après avoir entendu du rap, Jean-Marie Bigard ou Mathieu Kassovitz.

Après avoir écouté, de force, ou par inadvertance, du rap, Bigard ou Mathieu Kassovitz, le meilleur savon pour les oreilles est Maria Callas. Si vous ne me croyez pas, écoutez au moins l'échantillon gratuit, ci-dessous. Quand j'écoute la diva, cela me réconcilie avec le son, pas celui qu'on donne aux ânes, "LE" son!
En ces temps de daube, d'insanités, de bêtises, nous avons les tuyaux auditifs tellement sales qu'il ne faut pas hésiter à utiliser des produits d'excellente qualité pour les nettoyer.
Quand nous disions des gros mots, nos parents nous menaçaient de nous laver la bouche avec du savon. Ils avaient le bon sens de croire que les mots et les sons salissent autant, sinon plus, que la poussière du chemin.
Or, aucun ipéca ne nous fera rendre les pollutions auditives que nous ingurgitons chaque jour. Un goupillon à bouteille enfoncé dans les oreilles nous rendrait irrémédiablement sourds. Certes ce serait un moindre mal mais, quand même! L'eau de Javel ruinerait nos tympans et pourrait dégoûter celles, et ceux, qui parfois nous butinent les lobes.
Alors, je vous le dis, une seule solution est possible, passez une couche de Maria Callas par dessus les rayures laissées par les maux du rap et les mâles du slam. Laissez agir quelques minutes. Laissez couler. Laissez cette voix imprégner votre esprit et votre âme. Puis, les trompes d'Eustache aussi nettes que les trompes de Fallope d'une vierge consacrée à Marie, tournez vos pavillons vers les sons purs d'une vieille mélodie. Vous serez émerveillés du confort retrouvé par votre ouïe, oui!
Oui, je vous le dis mes amis, préservez vos sens de la pollution ordinaire.
Vos sens seront les seuls trésors qui vous resteront, après la crise.


vendredi 11 novembre 2011

La mégalomanie pour les nuls par Bernard Henri Levy. L'alibi pour la LiBye.

Le mois de mai est le mois de Marie, le mois de novembre est le MOI de BHL.

Il a, selon lui, provoqué une guerre sans l'aimer. Il revendique, hautement, la responsabilité de notre intervention en Libye. Il aurait manipulé un certain Sarkozy, pour lui présenter le contexte local de façon à déstabiliser le cerveau présidentiel. Il a effacé la honte de notre pays après les épisodes bosniaques, hutus,  afghans et, grâce lui en soit rendue, il a permis à la France de gagner enfin une guerre.
Nous fumes envahis par les Goths au moyen âge, nous le sommes, aujourd'hui par l'Ego de BHL. Notre Lawrence d'Arabie moderne est même allé jusqu'à manger du mouton avec du riz, en compagnie des combattants locaux. Incroyable!
Philosophe de toutes les guerres, de tous les combats, on le vit récemment au premier rang d'une conférence de presse des journalistes de Charlie Hebdo, l'hebdomadaire à la main, au grand dam des journalistes en question.
Je lui suggère de s'attaquer désormais à la crise économique française en donnant une part de sa fortune au fisc, ne serait-ce que pour rembourser une part des centaines de millions d'euros dépensés par notre riche pays pour évincer Kadhafi.
Pourvu qu'il n'aille pas inciter Sarkozy à envoyer notre unique porte-avion s'enliser dans les déserts syriens!
Nous perdrions définitivement notre triple A, échangé contre un triple bonnet d'Ane!

Ci-dessus la couverture du livre de BHL au cas où, par inadvertance, vous l'auriez glissé, dans votre panier, entre Bibi Fricotin et André Malraux!

Pages suivantes

Pour continuer la lecture vers d'autres billets plus anciens, cliquez sur le lien ci-dessus, à droite.