samedi 31 mai 2008

Les marches et chansons militaires


Mes chers amis, vous voudrez bien me pardonner mais j'ai toujours eu un faible pour les marches militaires. Entendez moi bien, je ne parle pas "du fait de marcher" mais des musiques qui accompagnent les défilés de nos guerriers.
Lorsque j'étais enfant de troupe (voir sujet précédent) je faisais partie de la fanfare de l'école. Je jouais du saxo ténor. Au début, cet instrument était presque aussi grand que moi et j'avais bien du mal à le porter dans les rues du Mans.
Une petite anecdote en passant, huit jours après avoir opté pour cet instrument et alors que j'avais bien du mal à en sortir le moindre son, je faisais nombre au cours du premier défilé de la fanfare. On m'avait mis au milieu du dispositif et je faisais semblant de souffler dans l'engin. Au moins je ne faisais pas de fausses notes.
Sept années de suite, j'ai défilé sur le circuit des 24H du Mans, en ouverture de la course. Nous jouions, invariablement "La marche consulaire" et c'était assez émouvant. Puis on nous libérait dans les gradins et nous profitions du départ des voitures avnt d'être regroupés pour le retour à l'école. Combien de défilés également, dans les rues de la capitale sarthoise, je ne saurais le dire.
A vingt ans je jouais dans l'orchestre de l'école. Nous nous produisions dans des bals militaires et je commençais à bien me débrouiller. Tangos, valses et marches ne sont plus que des souvenirs. J'ai rangé le saxo et ne sais plus en jouer. Dommage.

*******

Il n'y a pas que les militaires qui jouent des marches. Tiens écoutez donc Schubert:

http://www.youtube.com/watch?v=Ml7ZleYolro

Un petit coup de Barry Lindon pour bien comprendre à quoi ça sert, une musique bien martiale. Ben oui quoi, ça entraine la chair à canon vers les balles. Sinon ils n'iraient pas se faire tuer les bougres!

http://www.youtube.com/watch?v=qfvCjLgbpy0&feature=related

Et puis, parler des marches militaires sans passer par l'Allemagne ce serait comme parler des saucisses sans aller à Strasbourg. Alors, ben ils sont sacrément doué nos amis teutons:

http://www.youtube.com/watch?v=d_D1mYBBHgM&feature=related
http://www.youtube.com/watch?v=r2RJRbL-4DQ&feature=related

Mais, merde, en chantant comme ça ils ont fini par marcher jusqu'à Paris derrières leurs chars et ça c'était moins drole:

http://www.youtube.com/watch?v=yWtZNLIwkA0&feature=related

Alors les américains ont appris une nouvelle marche et ils sont venus la chanter en Normandie:

http://www.youtube.com/watch?v=zpTZmVzvcYA&feature=related
Et les russes sont venus faire des calins (kalinka?) par l'autre bord
Ecoutez ça aussi pour le fun: http://www.youtube.com/watch?v=2RQCFUSIIUE

Quant à nos petits gars, après ça, ils sont allés chanter en des lieux exotiques et cela n'enlève rien à leur bravoure:

http://www.youtube.com/watch?v=y45JlsLuGrI
Moralité
Et si on se contentait de duels en chansons?





jeudi 29 mai 2008

Ma jeunesse

Je me propose, en vous livrant la vidéo ci dessus, de vous montrer quelle fut ma jeunesse. Entendons nous bien, je ne cherche pas à me faire plaindre. Pourtant, à 13 ans, mes parents m'ont mis en pension dans une école militaire et je n'en suis sorti qu'à 20 ans. Pendant les 7 années passées dans les murs de l'EMPT du Mans, j'ai été, neuf mois sur 12, coupé de la vie extérieure, celle qui se déroulait derrière les hauts murs de l'école. J'ai été en butte à des tracasseries militaires qui ne correspondaient pas à mon âge, j'ai été puni, privé parfois de vacances, j'ai pris des claques, des coups de pied au cul, j'ai défilé dans les rues de la ville, sortant de l'école dans les rangs d'une troupe en cadence et rentrant deux ou trois heures plus tard, avec cette même troupe, par le même portail de fer, sans avoir quitté l'asphalte et les pavés, sans avoir eu le moindre instant de liberté.
Bien sur, à partir de la seconde, j'ai pu sortir avec les copains, le dimanche, de 14H00 à 18H00, en uniforme. Avec Jules et Gaston, nous allions acheter un gâteau et boire une limonade, plus tard un blanc cassis, aux alentours de l'école. Mais notre pécule était bien maigre et il me semble que nous ne savions pas trop quoi faire de ces instants de liberté.
A partir de la classe terminale, nous avons eu des permissions de minuit. Nous avons alors couru après les filles, mais nous avons aussi couru pour repasser les grilles avant l'heure fatidique. Un retard nous obligeait à faire le mur dans le sens entrant, avec des risques identiques à l'autre sens. En fait, à 20 ans, je n'avais rien sauté d'autre que ce mur...
Et donc, à 20 ans, je suis sorti de l'école aussi vierge que le jour où j'y étais entré. Notez bien, ce n'était pas grave et je me suis ensuite rattrapé...
Donc, visionnez cette vidéo. Vous y verrez des enfants en longues capotes. Il y est dit que beaucoup de ces enfants seraient ensuite médecins, officiers, ingénieurs. Pour en arriver là, ils ont perdu de grands pans de leur jeunesse, mais il faut reconnaitre qu'elle fut ainsi protégée des tentations. Je n'ai pas de tristesse pour cette époque. Je ne suis pas un Enfant Malheureux Pour Toujours (EMPT). Je suis juste un APFH, un Adulte Pas Forcément Heureux.

Cette très courte vidéo pourrait illustrer, en un saisissant raccourci, ce que fut ma jeunesse.


La vidéo en deux mots

En 1959, j'ai 13 ans, "encapoté" de bleu, au pas derrière un capitaine et deux juteux, je défile au pas cadencé dans la cour le l'école. Dans une minute cette cohorte d'enfants de troupe franchira le portail pour une exhibition publique dans les rues du Mans. Dans deux heures, elle franchira le portail dans l'autre sens, n'ayant eu de la liberté que de fugitives images.

En 1966, j'ai 20 ans, "encapoté" de bleu, au pas derrière un capitaine et deux juteux, je défile au pas cadencé, etc... Au lieu d'un beret, c'est un calot que j'ai sur la tête, signe d'une prochaine libération. Fin juin, je quitterai cette école après sept années de pas cadencé.

Après cela, étonnez vous que je sois un peu braque, que je n'aime pas trop marcher, même sans cadence, que je sois quelque peu individualiste, que j'aie parfois besoin d'isolement.

video

Etonnez vous!

dimanche 18 mai 2008

Un extraordinaire compteur

Merci, les Bi Garreau...
Pendant que vous lisiez cette simple phrase, il y a eu 20 naissances sur la terre.
Dans le même temps il n'y a eu que 9 décès!
Imaginez un compteur instantané qui indiquerait, seconde par seconde, l'évolution d'un panel de chiffres tels que la population mondiale, les ordinaterus construits, l'energie consommée...
Eh bien, cela existe et vous serez impressionnés si vous allez sur le site:
http://www.worldometers.info/fr/

La politique spectacle. Appelez moi Roxane ...

Relisant des passages du "Cyrano de Bergerac", d'Edmond Rostand, je faisais un amusant parallèle entre la scène du jardin et les discours politiques. Je m'explique...
Roxane succombe, à priori, au désir d'un corps jeune, doux, séduisant, sans se soucier de l'esprit abrité par cette enveloppe charnelle. Or Christian n'est, en quelque sorte, qu'un soudard dont la prime victoire serait de faire basculer ce corps féminin après un minimum de siège.
Or, la jeune femme ne consentira à l'étreinte que si le ramage du militaire est en accord avec son plumage.
Cyrano se charge du verbe, en se cachant dans un buisson et en distillant à Christian les mots dont il a besoin pour séduire la belle. Les lettres que lui envoie Christian, lors du siège d'Arras, sont également de la main de Cyrano. Elles déclenchent un tel amour que Roxane comprend, et renie, son premier élan.
Il faut bien , ensuite, que Cyrano meure, pour garder à la pièce son aspect cornélien et ne pas tomber dans "Bienvenue chez les Ch'tis". Et puis, chacun sait que "Après les mots, les maux. L'amour dure tant que les mots suffisent. Ensuite, l'entropie commence et avec elle les oeuvres de la mort déguisée." (Michel ONFRAY)
Bon! Mais Sarko alors?
Ben, c'est pareil! Quand notre Nicolas, qu'on croyait rhéteur de génie, nous lit un discours, il est de la plume d'un des nègres cachés sous l'estrade. Vous n'avez pas remarqué l'air ahuri qu'il prend quand, au détour des phrases, il découvre les énormités qu'on lui fait dire. Regardez aussi la tronche de Borlo et de Mam pendant le discours sur la politique de civilisation. Sidérés qu'ils sont. Ils n'y comprennent rien.
C'est tellement vrai que Nicolas demande désormais que ses discours lui soient remis cinq jours avant qu'il ne les prononce. Il en était venu (Toulouse) à prononcer des discours dont la fin ne lui avait pas encore été remise! (Ca ne vous rappelle pas le jardin ça?)
Il n'en est pas encore à les rédiger lui même !!!!
Donc, en résumé:
Le métier de Président de la République peut être assimilé à celui d'acteur de fictions sociopolitiques. Sur l'estrade il y a un répétiteur, sous l'estrade les souffleurs, et les couillons sont devant, en train d'applaudir.
Ca ne vous désespère pas ... Roxane?
Au fait, Claude Guéant, henri Guaino, Raymond Soubie, et autres, sont ils sous le lit présidentiel quand Nicolas susurre des mots à l'oreille de Clara?

vendredi 16 mai 2008

Le franc parler


Merci Mag!



video


Et si on boycottait plutôt le Lichtenstein!


Hein?

dimanche 11 mai 2008

Les nouveaux programmes scolaires


Notre Chanoine Président vient d'ajouter l'esclavage aux programmes du primaire pour la prochaine rentrée. Entendez moi bien, il ne s'agira pas pour les enseignants de rendre nos chérubins encore plus dépendants du pouvoir mais bien de leur enseigner un pan d'histoire. La littérature d'Aimé CESAIRE pourra servir de base à cet enseignement.
C'est la mort du poête qui a inspiré à notre Nicolas cette nouvelle intrusion dans les détails de la vie scolaire à un moment où il ferait bien d'occuper son temps à bien d'autres problèmes nationaux. J'ajoute cet épisode à la liste déja longue des âneries présidentielles. Incorrigible le Sarko!
Cela dit, je trouve désolant que Nicolas n'ait pas saisi certaines occasions pour modifier les programmes scolaires. Je suggère:

- Un cours sur l'obésite pour rendre hommage à Carlos et à Pavarotti.
- Un cours sur l'art du camouflage pour rendre hommage à Henri Salvador.
- Un cours sur la musique française pour le Sevran.
- Un cours de natation pour la mort de Katouchia Niane.
- Un cours d'éthique médicale pour le suicide de Chantal Sébire.
- Un cours sur l'art cinématographique pour Philippe Noiret.
- Un cours de psychologie appliquée pour la disparition de François Fillon.
- Un cours de maquillage pour la disparition de la politique française.
- Un cours de finances pour la disparition du pouvoir d'achat.
- Un cours de métallurgie pour la disparition de la sidérurgie française.
- Un cours de pêche pour la disparition des marins pêcheurs.
- Un cours d'argot injurieux pour comprendre le langage des foules et lui parler.
Enfin, et compte tenu de la méconnaissance de la psychologie française dont fait montre notre chanoine, je suggère que le programme d'entrée à Science-Po soit enseigné dès la maternelle.

Pages suivantes

Pour continuer la lecture vers d'autres billets plus anciens, cliquez sur le lien ci-dessus, à droite.